subscribe: Posts | Comments

Vallée du Rhône Septentrionale (Nord)

Quelques connaissances sur la vallée du Rhône Septentrionale :

vigne

Viognier Condrieu, Château Grillet, vin de pays…

Le viognier, un cépage ancien est cultivé dans les vignobles Condrieu et d’Ampuis. Il est extrêmement utilisé pour la production de vins monocépage dans les Pays du sud de la France. Parallèlement, il appartient à l’encépagement des appellations Condrieu, Château Grillet et Côte rôtie. Cependant, il ne peut représenter plus de 20 % de la structure totale et ne s’utilise qu’en complément de la syrah et des Côtes du Rhône.

Le viognier est également présent aux États-Unis dans les États de Virginie, Californie et Géorgie. On le retrouve aussi dans de nombreuses régions viticoles portugaises. Enfin, ce cépage est extrêmement apprécié en Australie. La preuve en est qu’il représente 70 % de la surface plantée en blanc.

Le viognier donne un vin blanc d’excellente qualité et d’une très grande finesse. Très parfumé, le vin est extraordinairement gras, souple pour ne pas dire onctueux. Le vin de viognier ne supporte pas l’oxydation et de ce fait, il est déconseillé de l’exposer de façon répétée à l’air. Par ailleurs, il est particulièrement riche en arôme (chèvrefeuille, citron vert, abricot, cire, boisé, coing, fleur d’amandier, épices, fruits secs, fleur d’aubépine, grillé, iris, pain d’épices, mangue, tabac, miel d’acacia avec une touche de musc, minéral, pêche, violette et tilleul).

Syrah : Côte Rôtie, Saint Joseph, vin de pays, coteau de Seyssuel …

Nul ne saurait s’accorder à dire d’où provient la syrah, ce cépage noir que l’on retrouve aujourd’hui dans la Vallée du Rhône, en Provence, dans le Languedoc-Roussillon et dans le Sud-Ouest de la France. Plusieurs légendes parlent de son éventuelle origine en Sicile, en Perse ou en Syrie. Des tests ont finalement révélés qu’elle serait originaire des Côtes du Rhône septentrionales.

La syrah est un cépage fragile, qui craint la sécheresse, et qui est sensible aux maladies. Ses longs rameux sont peu résistants au mistral, c’est pourquoi ils sont souvent attachés ou coupés courts. Elle a besoin de sols riches en oligo-éléments pour se nourrir. Dans ces conditions, elle produit des grappes d’une belle couleur noire bleutée aux baies moyennes, au jus sucré et épicé. Ses vins rouges sont de couleur soutenue, avec complexité aromatique fruitée, épicée et florale et des tanins qui structurent l’ensemble. Peu marqués par l’acidité, ils sont plutôt charpentés et possèdent un degré d’alcool élevé. La syrah fait également des vins rosés sur le fruit, agréables et d’une belle finesse.

Vinifiée seule, la syrah est le cépage rouge unique de l’AOC Cornas et est majoritaire en AOC Côte-Rôtie et Hermitage. Elle aussi est recommandée dans les appellations Côtes-du-Rhône, Saint-Joseph et Châteauneuf-du-Pape. Enfin, les AOC Palette, les Baux-de-Provence, Corbières, Côtes-du-Roussillon, Fronton… en produisent également. Aujourd’hui, la syrah est un cépage en constante augmentation de surface à travers le monde. Elle se développe en Italie, en Australie, en Afrique du Sud, en Argentine, au Mexique…

Côte-rôtie

L’AOC Côte-Rôtie s’étend sur 235 hectares de la rive droite du Rhône, juste au sud de Lyon près de Vienne, et concerne 3 communes : Ampuis, Saint-Cyr-sur-Rhône Tupin-Semons. Ce vignoble, le plus ancien et le plus septentrional des Côtes-du-Rhône, aujourd’hui reconnu pour la qualité exceptionnelle de ses vins, a bien failli disparaître au XIXème siècle en raison de la difficulté d’y travailler les vignes.

En effet, elles sont implantées en terrasses étroites, construites sur des coteaux abrupts aux pentes vertigineuses. Mais c’est justement ces conditions de culture très typiques qui ont permis de produire des grands vins, dans un climat dit lyonnais, alliant parfaitement la chaleur et le soleil (d’où le « Rôtie ») du climat méditerranéen, à la fraîcheur et l’humidité apportées tout au long de l’année par les influences continentales des terres de Bourgogne plus au Nord.

En Côte-Rôtie, il y a deux terroirs bien distincts : la Côte Brune au nord et ses micaschistes riches en fer, et la Côte Blonde au sud, composé de gneiss et de sables argileux appelés « arzels ». Élevés lentement en fûts, les AOC Côte Rôtie sont des vins rouges de terroir à la qualité admirable, intensément complexes, tanniques et puissants, appréciés pour leur authenticité et leur richesse en bouche.

L’utilisation typique dans la Vallée du Rhône septentrional de la Syrah, associée parfois à du Viognier, donne ici des vins aux notes de framboise et de violette dans leur jeunesse, qui révèlent de subtils arômes de vanille avec l’âge. Les amateurs sauront apprécier la finesse propre aux terroirs de la Côte Blonde (renforcée par un ajout local plus important de Viognier), ou le caractère plus viril induit par les sols de la Côte Brune.

valleerhonenord

Saint-joseph

L’AOC Saint-Joseph délimite près de 50 km de vignoble de la rive droite du Rhône, dans les départements de la Loire et de l’Ardèche (Vallée du Rhône septentrionale), dont la production de 38 000 hectolitres par an s’étend sur une superficie de 1 100 hectares.

Autrefois appelé « Vin de Mauves », il était très apprécié des rois de France au XIVème siècle, et fut renommé « le Saint-Joseph » au XVIIIème siècle par les Jésuites de Tournon. C’est Victor Hugo dans les « Misérables » qui développa sa notoriété dès le XIXème siècle et lui permit à terme d’être reconnu en AOC en 1956.

Les sols granitiques légers, de schistes et de gneiss, sont plantés en cépages Syrah pour le rouge, en Marsanne et Roussanne pour les blancs. Le Saint-Joseph rouge est élégant et fin tout en développant une certaine puissance. Il se caractérise par ses parfums de cassis et framboise, puis réglisse et cuir après quelques années de garde. Il est bien souvent conseillé de le garder une dizaine d’années pour détecter toutes ses saveurs. Le Saint-Joseph blanc est quant à lui composé de senteurs d’acacia, de miel et d’abricot qui s’accordent à merveille avec les poissons et fruits de mer.