subscribe: Posts | Comments

Domaine de Viaud

0 comments
Domaine de Viaud

Lalande de Pomerol

Dégustation verticale :

2005 :

Vin à la robe rubis chatoyante et intense, allant d’une couleur noire bleutée vers une teinte aubergine aux reflets violets. Le vin est brillant, opaque par sa densité colorante et offre une bonne concentration de matière sous son aspect visuel.

Au nez le vin est d’une très bonne intensité et exprime une superbe finesse qui se conjugue avec autant d’élégance. Des notes de fruits rouges : de cassis, de mûres et de myrtilles. Puis le vin s’ouvre sur des notes plus complexes, d’encens, de poivre, de vanille, de café et de tabac blond. Ensuite arrivent des arômes désaltérants de menthe et de réglisse, le tout sur une note omniprésente de fleur violette, pivoine. Un nez d’une superbe complexité.

En bouche, l’attaque est souple, ronde et surtout basée sur une matière veloutée et fruitée. Puis le vin se dirige vers une structure fine et encore serrée. Les tanins sont présents, mais particulièrement fin et élégants. On retrouve toutes les flaveurs fruitées que nous avions au nez avec en finale le retour des épices, de la menthe et de la réglisse. Presque agréable à déguster aujourd’hui mais avec une bon potentiel de vieillissement au vu de la longueur en bouche.

2004 :

Vin à la robe rubis de bonne intensité variant vers un ton plus tendre sur le bord du verre. Les reflets sont violets certes, mais le dégradé mauve indique un début d’évolution. Le vin est brillant, limpide, et offre une bonne concentration sous son aspect visuel.

Au nez, c’est une trame aromatique fine et délicate qui nous accueille. La première impression est flatteuse sur des notes toastées de café et de tabac blond. Puis arrivent les arômes primaires de fruits noirs et rouges assez mûrs, cassis, mûres, cerises… . Un très joli nez.

En bouche, l’attaque est souple et fruitée sur une matière doucereuse. Puis le vin se resserre sur sa structure avec une fraîcheur encore incisive et des tanins très tendus. En finale le vin revient sur une trame fruitée assez coulante. Quelques notes mentholées apportent de la fraîcheur à ce vin. Il faudra à ce vin quelques mois pour que l’en-semble se fonde en harmonie. Néanmoins on ressent un réel potentiel de plaisir à venir.

2003 :

Vin à la robe rubis de faible intensité (ce qui m’a particulièrement surpris par rapport au millésime) avec des nuances mauve sur le bord du verre. Le vin a commencé son évolution. Il est brillant, limpide et offre une concentration moyenne sous son aspect visuel.

Au nez, le vin s’exprime peu aujourd’hui. Le millésime est marqué par des notes très mûres de fruits rouges et de fruits noirs, fraises, framboises, mûres et cassis. L’élevage est fondu dans la matière apparemment car il faut aérer le vin pour lui trouver des notes épicées et réglissées. Le vin est un peu sur la réserve.

En bouche, l’attaque est particulièrement souple, avec une matière ronde et suave portée par des flaveurs confiturées de fruits. L’acidité est fondue dans le vin et les tanins, bien que présent et légèrement dominants, sont fins et soyeux, donnant une impression racée au vin. Un vin qui peut se déguster dès aujourd’hui.

2002 :

Vin à la robe rubis d’intensité moyenne avec des reflets violets allant vers des nuances plus mauves sur le bord du verre. Le vin vient de commencer son évolution. La robe est veloutée, attractive, brillante. Le vin concentration moyenne sous son aspect visuel.

Au nez le vin exprime avant tout des arômes primaires, fruits noirs et rouges, cassis, cerises noires, mûres, ainsi que des parfums de fleurs, pivoines, violettes. Le vin, malgré sa réserve aromatique est complexe, avec un nez séducteur et attractif.

En bouche, l’attaque est souple et fondue sur des flaveurs de fruits allant vers une structure plus serrée et épicée en milieu de bouche. On retrouve la trame aromatique que nous avions au nez. Puis le vin se resserre sur une trame plus aérienne et plus fine, elle même relayée par une trame tannique encore virile qui donne de la puissance et du relief à la finale, d’une bonne longueur.

2001 :

Vin à la robe rubis de belle intensité sur des nuances mauves et un dégradé légère-ment orangé annonçant un début d’évolution. Le vin est brillant, limpide et présente une bonne concentration sur son aspect visuel. Une robe très attractive.

Au nez, la finesse et la délicatesse de la trame aromatique sont étonnantes. Cette trame est dominée par les arômes de fruits rouges et noirs très mûrs et de fleurs rouges, roses, violettes. Les notes discrètes de l’élevage, poivre, fumé, vanille sont enrobées par le superbe fruité. Enfin une note de cuir apparaît avec un peu d’aération pour assumer une jolie complexité aromatique. Les notes de fruits sont plus confites après quelques instants, gelée de framboise, confiture de fraise et de myrtilles. Un vin complexe et très agréable au nez.

En bouche, on retrouve la finesse de la trame avec une attaque ronde et souple sur des flaveurs de confitures de fruits rouges, ponctuées par une structure également fine, où l’acidité se fond dans la matière et où les tanins soyeux portent le vin sur une bonne longueur. Une expression parfumée se dégage sur l’ensemble de la dégustation. Au-delà de la concentration moyenne, le vin éclate par sa finesse. La finale est réglissée, comme pour apporter un dernier relief au velours de l’ensemble.

1997 :

Vin à la robe rubis d’intensité moyenne, avec un dégradé sur un ton plus atténué et tendre, montrant de l’évolution avec une couleur plus rose puis orangée sur le bord du verre. Le vin est brillant, limpide et offre une concentration moyenne sous son aspect visuel. La robe est attractive avec ses reflets légèrement tuilés.

Au nez, le vin est dominé par des arômes de fruits rouges et noirs sur des senteurs confiturées. Des notes de cerises, de pruneaux et de cassis. Avec l’aération le vin prend une connotation plus complexe avec des notes de sous bois et champignons. L’ensemble est flatteur, d’autant plus qu’il révèle des notes de cuir, synonyme de son évolution.

En bouche, le vin a une attaque souple et veloutée sur des flaveurs de fruits confiturés. La structure est souple en finale avec des tanins très fondus en rapport avec l’âge du vin. On y retrouve toutes les connotations du nez. Un vin à pleine maturité.
1996

Vin à la robe rubis d’intensité moyenne, avec un joli dégradé, montrant de l’évolution avec une couleur plus mauve puis rose sur le bord du verre. Le vin est brillant, limpide et offre une concentration moyenne sous son aspect visuel.

Au nez, le vin est dominé par des arômes d’évolution, les arômes tertiaire dominent tabac, cuir. Mais également des notes de cerises confiturées, de pruneaux, et de cassis. Avec l’aération le vin laisse apparaître des notes de sous bois.

En bouche, le vin a une attaque souple et veloutée sur des flaveurs de fruits confiturés. La structure est particulièrement souple avec des tanins très fins. La finale est très souple. Un vin avec une belle complexité dans son ensemble quoique court en bouche.

1971:

Vin à la superbe robe grenat avec des nuances allant de l’acajou au tuilé sur le bord du verre. Le vin a gardé la brillance de sa jeunesse, il est parfaitement limpide et brillant dans le verre. Il offre une faible concentration sous son aspect visuel.

Au nez, nous sommes face à un vin d’une superbe complexité. Des arômes de fruits noirs très murs comme la mure et le cassis ainsi que des notes de fruits secs de l’abricot jusqu’à la noix. Le tout est tout en discrétion et finesse. Ce vin évoque douceur. Les sensations sont toujours émouvantes pour un vin de cet age.

En bouche, l’attaque est souple et ronde avec un très bel équilibre entre la maturité de la matière. On retrouve, dans le même ordre, les arômes que nous avions au nez. Le vin est assez court en bouche, l’âge est à prendre en considération.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *