subscribe: Posts | Comments

Jasnières et Coteaux du Loir

0 comments
Jasnières et Coteaux du Loir

Les comparses de la Sarthe

A 30 km au nord de la Loire, Jasnières et Coteau du Loir mettent à l’honneur de beaux cépages comme le chenin et le Pineau d’Aunis.

Bien sûr les deux appellations demeurent confidentielles… mais elles n’en sont pas moins exceptionnelles, aussi bien en termes de qualité que de rapport qualité prix. Une dizaine de privilégiés de WineStory ont dégusté pour vous, lors de leur séjour à Pâques (voir regroupement d’achats). Dix-huit viticulteurs dont 6 ou 7 vignerons purs seulement, produisent presque tous, les deux AOC. Le Jasnières davantage connu du grand public est issu exclusivement du chenin, tandis que le Coteau du Loir se déploie en trois couleurs dont 50% de blanc en chenin. La part belle est faite au cépage rouge et emblématique Pineau d’Aunis, mais l’assemblage est également autorisé avec Pinot noir, cabernet, gamay et côt. Depuis les Carolingiens, le vignoble a connu des hauts et des bas, avec un grand bon qualitatif depuis les années 70 époque où malheureusement les portes greffes étaient souvent surproductifs !

Des cousins proches mais différents

Sur le papier, les deux appellations sont bien distinctes mais le Jasnières jouissant d’une bonne notoriété en blanc de Loire jour le rôle de locomotive…

Certains vignerons sortent leurs épingles du jeu en Coteaux du Loir en mettant en avant le cépage phare qu’est le pineau d’Aunis, dans ses versions gris et rouge. Ses qualités organoleptiques conférent un côté épicé et son fruit, tout en souplesse. C’est ensuite une question de styles et de vinifications. Par exemple, il existe des Jasnières « secs tendres », autrement dit avec des sucres résiduels (les grands millésimes peuvent produire des moelleux), tandis que d’autres Jasnières expriment le côté sec, tendu et minéral caractéristique. Néanmoins le Coteau du Loir n’est pas un sous Jasniéres et possède un fort potentiel avec ses rouges.

De petits grands vins !

Dans ce vignoble Sarthois où dominent l’argile à silex, et le calcaire, les surfaces d’appellations sont petites. C’est dommage qu’ils aient un déficit de notoriété alors qu’il y a de grands vins. Les Coteaux du Loir apportent en rouge une belle fraicheur, un fruit souple poivré, en blanc de beaux équilibres et netteté. Les Jasnières, possèdent eux aussi un fort potentiel de garde. Le millésime 2012 avec 40% de moins en production sera rare et tout ce qui est rare est Cher…en Loir ! Raison de plus de (re)découvrir ces vins.

Nos domaines coup de cœur, dégustés sur place :

  • Joël Gigou : Jasnières et Coteau du Loir La Chartre-sur-le-Loir (72 – Sarthe)
  • Patrice Colin : Coteaux Vendômois à Thoré-la-Rochette (41 – Loir-et-Cher)
  • Charles Jumert : Coteaux Vendômois à Villiers-sur-le-Loir (41 – Loir-et-Cher)

Dégustation d’ailleurs :

  • Eric Nicolas, à Lhome, avec un superbe Coteaux du Loir : l’ Effraie 2010, du beau bio
  • Domaine de la Martellière à Montoire-sur-le-Loir
  • Christine de Mianville à Lhomme

Ou bien manger ?

  • Chez Miton à Chahaignes, un bistrot à la hauteur !
  • Le Relais d’Antan à Lavardin

Ou bien dormir ?

  • La Commanderie à Artins (Chambres et tables d’hôtes)
  • Le Clos du Loir (gîte et réception) à Montoire

A ne pas rater !

  • Le village troglodyte de Troo, sa grotte pétrifiante et sa cave Yucca
  • Le village de Lavardin et son château
  • Le jardin du Plessis Sasnières en été

Articles similaires:

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *